Suivi de la situation radiologique en Suisse et en Ukraine

L’OFSP en tant que responsable de la surveillance de la radioactivité dans l’environnement, mesure en permanence la radioactivité dans l’air en Suisse à l’aide de son réseau automatique de mesure de la radioactivité dans l’air URAnet et de son réseau de collecteur à très haut débit (HVS).  Depuis le début de l’attaque militaire russe contre l’Ukraine, de possibles rejets de radioactivité dans l’environnement sont sources de préoccupations. En effet, outre le fait que la zone d’exclusion de Tchernobyl se situe en zone de combat, l’Ukraine exploite 15 réacteurs nucléaires sur 4 sites, qui représentent un risque accru en cas de guerre.  En Suisse, la centrale nationale d’alarme (CENAL) est en engagement et reçoit les informations de l’agence internationale pour l’énergie atomique  (AIEA); l’OFSP est en en contact régulier avec les experts du Ring Of Five, un réseau d’échanges d’informations entre laboratoires européens spécialisés dans la mesure de la radioactivité dans l’air, dont il fait partie.

Pour l’heure, aucune valeur anormale de radioactivité n’a été détectée en Suisse, ni dans les autres pays européens.

pour plus d’information voir aussi :

Comprimés d’iode en cas d’événement nucléaire à l’étranger

Office fédéral de la protection de la population – OFPP – Informations actuelles concernant la protection de la population

Situation en Ukraine

La situation radiologique des installations nucléaires en Ukraine est restée stable au cours des dernières semaines. Il n’y a pas d’indication de rejets radioactifs. Un groupe d’experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’est rendu en Ukraine le 25 avril. Elle remplace des équipements de surveillance de la radioactivité à Tchernobyl et aide le pays à prendre des mesures urgentes pour garantir la sécurité des installations nucléaires fortement menacées par la guerre. L’AIEA résume la situation comme suit :

  • Tchernobyl
    Selon les autorités ukrainiennes, les forces armées russes ont rendu fin mars le contrôle de la centrale nucléaire désaffectée de Tchernobyl au personnel ukrainien. La centrale nucléaire de Tchernobyl se trouve dans la zone d’exclusion mise en place après l’accident de 1986. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de rejet de radioactivité. Comme souvent à cette période de l’année, des incendies de forêt ont démarré dans la région de Tchernobyl. Leurs effets sont toutefois largement locaux.
  • Centrale nucléaire de Zaporizhzhia
    L’Ukraine a informé l’AIEA que le personnel régulier continuait à exploiter la centrale de Zaporizhzhia et à effectuer son travail quotidien mais que la gestion était sous le contrôle du commandant des forces russes sur place.
  • Autres centrales nucléaires
    En ce qui concerne la situation des centrales nucléaires ukrainiennes en service, l’organisme de réglementation a indiqué que sept des 15 réacteurs du pays restaient en exploitation. Les niveaux de rayonnement restent normaux et les systèmes de sûreté sont intacts.
  • Entrepôt de déchets radioactifs
    Dans la nuit du 26 au 27 février, des obus avaient touché un entrepôt de déchets radioactifs à Kiev; la structure protectrice des déchets n’avait toutefois pas été endommagée et aucun rejet de matières radioactives n’a été signalé.
  • Installations de recherche nucléaire à Kharkiv
    Dans la ville de Kharkiv, une nouvelle installation de recherche nucléaire a été la cible d’attaques russes à plusieurs reprises. L’installation est utilisée pour la recherche et le développement et la production de radio-isotopes pour des applications médicales et industrielles. L’AIEA a estimé que les dommages n’auraient pas eu de conséquences radiologiques.

Pour plus d’informations:

  1. Les actualités de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)
  2. Les actualités de l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN) – France
  3. Les actualités du Bundesamt für Strahlenschutz (BFS) – Allemagne

———————————

Le césium-137 dans la basse atmosphère

La section Radioactivité de l’environnement (URA) de l’OFSP surveille en permanence la radioactivité dans l’air à l’aide de son réseau automatique URANet. Les stations de mesure transmettent des résultats toutes les 5 minutes et des alarmes sont générées automatiquement en cas de valeurs plus élevées. Les résultats de mesure sont publiés toutes les 12 h sur Radenviro. Si ce dispositif est assez sensible pour détecter une élévation anormale de radioactivité dans l’air, il n’est pas en mesure de mesurer les traces de Cs-137 encore présentes dans l’air en Suisse, comme conséquence de l’accident de Tchernobyl de 1986 ainsi que des essais atomiques des années 60. Pour réaliser ces mesures de traces, il  entretient un réseau de collecteurs d’aérosols à haut débit (HVS) pour mesurer la radioactivité liée aux aérosols dans l’air extérieur.  Les filtres sont changés chaque semaine, mais la fréquence peut être adaptée selon les événements, puis mesurés en laboratoire par spectrométrie gamma (HPGe). Les valeurs mesurées pour les derniers mois sont indiquées ci-dessous en micro-becquerel par mètre cube (µBq/m3).

Des traces de césium-137 (Cs-137) sont souvent détectées, avec des valeurs allant jusqu’à plusieurs µBq/m3 dans les échantillons des collecteurs à haut volume. Il s’agit là de remise en suspension d’anciennes dépositions au sol (par exemple, les dépositions de l’accident de Tchernobyl de 1986). La limite de détection pour le Cs-137 est typiquement de 0.2 µBq/m3. Les limites de détection sont représentées par des triangles non remplis dans le diagramme ci-dessous.

A l’aide de ces deux dispositifs complémentaires l’OFSP est à même d’assurer une surveillance à la fois réactive et extrêmement sensible de la radioactivité dans l’air en Suisse, et garantit que toute trace de radioactivité artificielle puisse être détectée.